Découvrir l’instruction en famille : retour sur la table-ronde du 9 juin

Une dizaine de parents (dont quelques enseignants) sont venus le vendredi 9 juin écouter les témoignages de Claire et Marjorie sur l’instruction en famille. Ce fut une soirée conviviale et riche en échanges entre les participants. Un grand merci à Xavier, adhérent de notre association, qui nous a gentiment envoyé ses notes personnelles prises pendant cette table ronde

De plus en plus de familles font le choix de l’instruction en famille (IEF). Quelles sont les raisons de ce choix? Comment se passe l’instruction en famille au quotidien? Quelles sont les différentes formes d’instruction en famille? Quel en est le cadre légal?
Nous avons entendu les témoignages de Claire (maman de 5 enfants entre 4 ans et 16 ans instruits en famille dont l’aînée vient d’entrer au lycée) de Marjorie (maman de 3 enfants entre 3 ans et 8 ans qui ne sont jamais allés à l’école)

Cadre légal

  • En France, l’instruction est obligatoire de 6 à 16 ans, pas l’école, contrairement à d’autres pays européens.
  • On doit déclarer l’Instruction en Famille chaque année en mairie et à l’Education Nationale, qui dispose de 2 mois pour répondre. Il y a une inspection par an, soit au Rectorat soit au domicile. En général cela se passe bien, les exigences sont moins élevées qu’on l’imagine.
  • Une nouvelle règle impose cependant de se conformer aux cycles du socle commun.
  • Les enfants issus de l’IEF ou d’écoles hors-contrat qui réintègrent l’école publique dans le secondaire doivent passer un examen d’entrée, mais pas pour le primaire.

Pour en savoir plus : 

Réseau Associatif

Plusieurs associations soutiennent les familles IEF et fournissent aide juridique et parfois « lobbying » auprès des pouvoirs publics :

Différentes formes d’IEF

  • Ecole à la Maison/Homeschooling/Apprentissages Formels : on suit le programme officiel. Le CNED est devenu payant (800€/an) sauf situations contraintes (maladie, voyage…) mais il existe des alternatives.
  • Pédagogies Alternatives : en suivant les méthodes Montessori, Steiner…
  • Non-Sco/Unschooling/Apprentissages Autonomes : informel, dans la vie quotidienne

NB : Souvent on commence par les 2 premières mais se réveillent contraignant/artificiel et on va vers le Non-Sco… Cependant, certaines familles tiennent bon à faire l’école à la maison

Expérience de Claire

  • Ses 5 enfants sont instruits en famille
  • A commencé en Moyenne Section avec son aînée pour éviter le formatage, les punitions/récompenses…
  • A démarré mais rapidement abandonné une démarche d’école à la maison avec des « fiches », pour passer aux apprentissages autonomes.
  • L’aînée a refait une tentative en CM2 mais a quitté au bout de quelques jours en raison des punitions, etc
  • Au niveau collège elle est passée à un enseignement plus formel avec les cours du CNED.
  • Elle est entrée au lycée en seconde après examen. Cette année scolaire s’achève et son adaptation s’est bien passée. Elle fait preuve d’une bonne maturité/autonomie.

Image illustrant la table ronde Instruction en Famille

Réflexions sur le processus d’apprentissage

  • Les sources d’apprentissage : le quotidien, le bricolage, répondre aux sollicitations des enfants…
  • Attendre la motivation de l’enfant ou l’inciter ? Claire mixe les 2 attitudes…
  • Parfois les enfants IEF acquièrent des notions + tardivement que les enfants scolarisés, mais ils rattrapent vite. Il y a en particulier un décalage sur l’écrit. Il faut attendre la maturité cérébrale et le « déclic ».
  • La lecture s’apprend assez facilement à travers les livres qui les intéressent
  • A partir du niveau collège on peut passer à un enseignement plus formel (CNED ou autre)

La Vie des Parents et de la Famille

  • Claire a une formation d’enseignante. Cheminant à travers son expérience d’instruction en Famille, elle a eu envie de faire elle aussi davantage « ce qui lui plait », s’est formée et est devenue formatrice dans le domaine de l’éducation non-violente, elle travaille donc en soirée.
  • Selon les familles, la place du travail varie : aucun, le soir, le WE, partage 50/50 entre les parents…
  • Ce sont souvent les mamans qui font l’IEF mais ça peut aussi être le père ou en alternance entre les deux dans la semaine ou le WE. Même si le père travaille, il est impliqué aussi dans l’IEF d’une façon ou d’une autre !
  • Le rythme est souple et en fonction des enfants. La liberté d’horaires libère la famille, il y a moins de stress et cela peut permettre au père de voir plus longtemps ses enfants le soir.
  • On a besoin de quitter une posture d’enseignant et se déscolariser soi-même, quitter les conditionnements de notre expérience écolière, tel que le dogme de « souffrir pour apprendre ». Cf. Jean-Pierre Lepri (http://www.education-authentique.org/index.php?page=qui-sommes-nous) qui distingue les mouvements d’apprendre et d’enseigner…
  • Etant beaucoup ensemble, les relations parents/enfants et entre les enfants ne sont pas toujours un long fleuve tranquille mais nous font progresser
  • Cadres où les enfants tissent des relations amicales : liens forts avec d’autres enfants en IEF y compris à l’étranger, scoutisme… Les enfants scolarisés ayant un planning plus contraint, entretenir le lien est souvent à l’initiative des enfants IEF.

Place des écrans

Il y a eu une petite digression sur le sujet des écrans…

  • Les écrans peuvent être une source de savoir mais aussi d’addiction
  • Les jeux vidéo répondent à un besoin de puissance
  • Il apparaît donc souhaitable de réguler en limitant le temps par jour.
  • Chez Claire, le dimanche est la journée sans écran
  • Parfois les ados saturent après quelques années… et délaissent spontanément les écrans

 

1 pensée sur “Découvrir l’instruction en famille : retour sur la table-ronde du 9 juin”

  1. Bonjour et merci pour votre article !
    Après lecture, je précise simplement que les enfants non-sco sont les enfants en instruction en famille en général.
    Dans la non-sco, chaque famille choisie de vivre la non-sco de l’ecole a la maison avec un programme scolaire ( apprentissage formel ) au unschooling ( apprentissages autonomes comme peut les expliquer john holt).
    Il y a autant de manière de « faire la non-sco » que de famille !!

Les commentaires sont fermés.